JUILLET

Nous indiquons ici les saints fêtés cette année en juillet, en mettant plus particulièrement en lumière leur lien éventuel avec le Carmel.



3
Saint Thomas
apôtre

Saint Thomas est le patron et protecteur de tous ceux dont la foi connaît le doute, tout particulièrement nombreux à notre époque. c'est à lui que Jésus déclare: "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie" (Jn 14, 5). Les chrétiens de la côte Ouest de l'Inde le vénérent comme le fondateur de leur Eglise. Mais chacun est invité à redire avec lui, devant le Christ ressuscité: "Mon Seigneur et mon Dieu".


5
Saint Antoine-Marie Zaccaria
Prêtre

Médecin avant de devenir prêtre (en 1528), il fait partie de ces hommes qui vécurent profondément la réforme initiée par le Concile de Trente. Il "inventa" un nouveau type de vie sacerdotale, celui d'un prêtre ni moine ni mendiant, mais lié par des voeux. Il fonda ainsi sa congrégation à Milan et la plaça sous le patronage de Saint Paul. Il donna à ses frères la consigne suivante:


"Servir sans récompense
et combattre sans solde ni ravitaillement assuré."



Sainte Maria Goretti
Vierge et martyre

La jeune Maria Goretti avait douze ans quand elle mourut sous les coups d'un jeune amoureux éconduit, le 5 juillet 1902. Elle lui pardonna comme Jésus, revivant ainsi la passion des jeunes vierges chrétiennes des premiers siècles.

9
Saint Augustin Zhao Rong et ses compagnons
Martyrs en Chine

11
Saint Benoît
Abbé et patron de l'Europe

Saint Benoît naquit en Ombrie vers 480. Après avoir connu la vie d'étudiant à Rome, il partit vivre dans une grotte à Subiaco avant de s'établir au mont Cassin. C'est de là que devait rayonner son style de vie monastique, qui allait façonner le visage de l'Europe. Sa Règle s'ouvre par ce mot: "Ecoute..." Telle est la plus forte injonction du maître spirituel qui enseigna la paix.

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix avait pour lui une grande dévotion et appréciait la richesse de la tradition bénédictine. A la porte de sa chambre de carmélite, il y avait une image de saint Benoît avec ces mots de la Règle:
"Ne rien préférer au Christ."

13
Sainte Thérèse de Jésus "des Andes"
Carmélite

On l'a parfois comparée à la Petite Thérèse. Née en 1900, Juanita lit très jeune l'Histoire d'une âme de Thérèse et veut la suivre: elle entre en effet à dix-neuf ans au carmel de Los Andes, au Chili, où elle prend le nom de Thérèse. Elle meurt à vingt ans du typhus, témoignant jusqu'au bout que "Dieu est joie infinie".

"Crains-tu de t'approcher de Jésus? regarde-le entouré d'enfants. Il les caresse, il les presse contre son coeur. Regarde-le au milieu de son troupeau fidèle, prenant sur ses épaules la brebis infdèle. Regarde-le sur la tombe de Lazare. Ecoute ce qu'il dit de Madeleine: "Il lui est beaucoup pardonné parce qu'elle a beaucoup aimé." Que découvres-tu dans ces lueurs de l'Evangile sinon un Coeur bon, doux, tendre, compatissant, enfin le Coeur d'un Dieu ? C'est lui ma richesse infinie, ma béatitude, mon ciel."

Sainte Thérèse de Jésus de Los Andes

14
Saint Camille de Lellis
Prêtre

Camille était napolitain, fils de soldat et soldat lui-même. C'était un géant de près de deux mètres qui aimait la violence, la boisson et les filles. Malade, il se retrouva à l'hôpital des Incurables à Rome. C'est là qu'il allait rencontrer le Christ. Emu devant la souffrance des autres, il trouva sa vocation et il se fit infirmier. Il devint le fondateur des Camilliens, voués au soin des malades et des infirmes. Devenu prêtre, il s'épuisa à soigner les autres et à les écouter: "Je voudrais, disait-il, avoir un coeur grand comme le monde".

15
Saint Bonaventure
Evêque

Devenu franciscain à vingt-deux ans, Jean devint frère Bonaventure. Nous sommes en 1243. Séduit par l'idéal de saint François, il allait en devenir l'historien, le supérieur intelligent et humble, enfin la gloire philosophique. Il étudia à l'université de Paris et sut faire une synthèse originale entre la philosophie augustinienne et la piété franciscaine. Devenu cardinal, il travailla à la réconciliation des Eglises grecque et latine. A travers toutes ses taches et ses charges, il vécut en profondeur l'idéal de la joie et de la paix franciscaine.

16
Notre Dame du Mont Carmel

C'est la grande fête de toute la famille carmélitaine, heureuse de célébrer sa Mère. Dès le début du XIIIe siècle, les ermites du Mont Carmel honoraient la Vierge et lui avaient consacré une chapelle. C'est pourquoi nous prions en ce jour que la prière maternelle de la Vierge Marie nous conduise à la montagne véritable qui est le Christ.

Pour en savoir plus sur Marie dans la tradition du Carmel

Pour en savoir plus sur le scapulaire du Carmel

17
Bienheureuse Thérèse de Saint-Augustin et ses compagnes
Carmélites, martyres lors de la Révolution française

Apprenant les graves événements de la Révolution française, la communauté des carmélites de Compiègne, sous l'impulsion de leur prieure Thérèse de Saint-Augustin, s'offrent pour que la paix soit rendue à l'Eglise et à la Nation. Bientôt expulsées de leur monastère puis emprisonnées, elles sont soumises à un simulacre de procès, qui révèle leur courage et leur bon sens.
Le 17 juillet 1794, Soeur Constance de Jésus, la plus jeune, qui n'avait pas encore prononcé ses voeux, est la première à monter à l'échafaud, entonnant un Laudate Dominum omnes gentes :

"Louez le Seigneur tous les peuples,
fêtez-le tous les pays;
son amour envers nous s'est montré le plus fort.
Eternel est la fidélité du Seigneur".

Quelques jours plus tard, la chute de Robespierre permettra la fin de la Terreur.

Leur martyre inspirera à Gertrud von Le Fort une nouvelle célèbre, écrite dans l'angoisse de la montée du nazisme ; pour se familiariser avec l'esprit du Carmel, Gertrud von Le Fort rencontrera à plusieurs reprises Edith Stein (la future sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix). La nouvelle La dernière à l'échafaud inspirera à son tour Bernanos, qui écrira le Dialogue des Carmélites , puis Poulenc.

19
Bienheureuse Vierge Marie, Mère de la Grâce divine

20
Saint Elie
Prophète

"Celui qui est un peu familier de l'histoire de l'Eglise et de notre Ordre sait que nous honorons le prophète Elie comme notre guide et notre père. Mais on considère souvent cela comme une légende sans grande signification. Nous qui vivons au Carmel et invoquons notre saint Père Elie dans nos prières quotidiennes, nous savons qu'il n'est pas pour nous une vague figure d'un passé lointain. Son esprit demeure agissant parmi nous à travers une tradition vivante et il marque notre vie de son empreinte. (...) Dans la première parole que la sainte Ecriture nous rapporte au sujet de notre père saint Elie, l'essentiel est exprimé en toute concision. Il déclare à l'idolâtre roi Achab: " Aussi vrai qu'il est vivant le Seigneur, le Dieu d'Israêl, devant qui je me tiens, il ne tombera ces années-ci ni rosée ni pluie, si ce n'est à ma parole." (1 Rois 17, 2). Se tenir devant la Face du Dieu vivant, telle est notre vocation."
Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix
(Histoire et esprit du Carmel, Source cachée, Cerf-Ad Solem 1999, p. 216)
Pour prier avec Elie

21
Saint Laurent de Brindisi
Prêtre

Ce n'est pas rien de porter comme prénom Jules César. Tel fut le cas de ce jeune garçon qui entra à seize ans chez les capucins de Vérone. De César, il avait l'opiniatreté et le charisme de meneur d'hommes. Après des études solides, il devint (comme Antoine-Marie Zaccaria, fêté quelques jours plus tôt) un artisan de la réforme catholique. Prédicateur de foule, voyageur infatigable, diplomate au service du pape, il mourut en mission en 1619.

22
Sainte Marie-Madeleine

Que dire d'une des saintes les plus populaires? La tradition a vu en elle la pécheresse pardonnée, celle qui couvre Jésus de l'onction, celle qui se tient au pied de la croix, l'apôtre des apôtres, première messagère de la résurrection.
Elle est après la Vierge celle qui a sans doute le plus inspiré les artistes. Sainte Thérèse d'Avila avait pour elle une grande dévotion. La tradition a fait d'elle l'apôtre de la Provence.

23
Sainte Brigitte de Suède
Co-Patronne de l'Europe

Brigitte était de la noblesse suédoise, elle fit un mariage heureux et pieux et donna à Ulf Gudmasson huit enfants. Mais Ulf mourut au retour du pélerinage à Compostelle qu'ils avaient fait ensemble. Vivant dans la prière, Brigitte puisait sa force dans la contemplation du Crucifié. Elle devint alors la conseillère des papes et des rois, la fondatrice d'un ordre contemplatif dont sa fille Catherine (la future sainte Catherine de Suède) allait être la première supérieure. Elle mourut à Rome en 1373.

24
Bienheureuses Marie-Pilar, Thérèse et Marie-Ange
Carmélites et martyres

Elles étaient toutes les trois carmélites à Gaudalajara en Espagne quand la guerre civile leur donna l'occasion de témoigner de leur amour du Christ-Roi jusqu'au martyre, le 24 juillet 1936.

25
Saint Jacques
Apôtre

Jacques, frère de Jean, fils de Zébédée, était pêcheur de Galilée avant de suivre la prédication de Jean-Baptiste puis celle de Jésus. Caractère bouillonnant, il allait succomber à la tentation d'ambition, demandant à Jésus, par l'entremise de sa mère, une bonne place dans le futur royaume qui allait être instauré. Mais il allait bientôt entrer dans le chemin du serviteur. En 43 ou 44, le roi Hérode Agrippa Ier le fit arrêter puis décapiter et il partagea ainsi "la coupe du Seigneur", selon la prédiction de Jésus.
Depuis le IXe siècle, on vénère son tombeau à Compostelle, devenu un des plus grands pôles d'attraction des pèlerins d'Europe.

26
Sainte Anne et saint Joachim
Parents de la Vierge Marie

Les parents de Marie ne nous sont pas connus par les Evangiles mais par une tradition qui remonte au début du deuxième siècle. A Jérusalem puis à Constantinople, où une basilique fut érigée en l'honneur de sainte Anne dès le VIe siècle, la vénération des parents de Marie grandit dans le sillage de celle-ci.
La Bretagne s'est ensuite distinguée dans la ferveur du culte de sainte Anne; un regain de ferveur suivit les apparitions d'Anne à Yves Nicolazic dans la plaine d'Auray en Bretagne (1623). Les missionnaires et les marins bretons répandirent l'amour de sainte Anne jusqu'au Québec, où le sanctuaire de Sainte-Anne de Beaupré attire de nombreux fidèles. Célébrer les parents de Marie est une manière de contempler l'humanité du Christ, d'enraciner l'Evangile dans le terreau des promesses faites à Israël, sans oublier de fêter tous les grands-parents !

27
Bienheureux Titus Brandsma
Carme et martyr

Titus Brandsma (1881, 1942) est un carme néerlandais béatifié par Jean-Paul II en novembre 1985, célèbre pour son opposition au nazisme ; il mourut à Dachau le 26 juillet 1942. Comme Edith Stein, de dix ans sa cadette, le P. Titus Brandsma va mettre son immense culture et son goût de la philosophie au service du Christ. Le philosophe et le chrétien s'insurge en lui contre la perversion profonde de l'exaltation de la force et de la race :

"Le néo-paganisme peut répudier l'amour, l'histoire nous enseigne que, malgré tout, nous serons vainqueurs de ce néo-paganisme par l'amour. Nous n'abandonnerons pas l'amour. L'amour nous regagnera le coeur de ces païens. La nature est plus forte que la philosophie. Qu'une philosophie condamne et rejette l'amour et l'appelle faiblesse, le témoignage vivant d'amour renouvellera toujours sa puissance pour conquérir et captiver les coeurs des hommes."


(Titus Brandsma, Itinéraire spirituel du Carmel, Parole et Silence 2003, p. 164).

28
Bienheureux Jean Soreth
Prêtre et carme

Jean Soreth appuya le mouvement de réforme qui traversa le Carmel au XVe siècle. Supérieur général de l'Ordre, il soutint la Duchesse de Bretagne, la future bienheureuse Françoise d'Amboise, dans son projet de fondation de monastères féminins. En Italie et en Espagne, il favorisa aussi l'émergence de la branche féminine de l'Ordre. Un siècle avant sainte Thérèse de Jésus, il sut insuffler au Carmel un zèle ardent et pétri d'humanisme:



"Dieu est sagesse
et il veut être aimé non seulement avec douceur
mais aussi avec sagesse;
autrement l'esprit d'erreur se jouera très facilement de ton zèle,
si tu négliges la prudence."

29
Sainte Marthe

Marthe apparaît comme une amie de Jésus qui aime à venir se reposer dans la maison de Béthanie. Cette amitié qui lie Jésus à Lazare, Marthe et Marie va donner lieu à la belle profession de foi de Marthe lors de la mort de Lazare. Marthe est donc le modèle de l'âme qui donne l'hospitalité au Christ et se donne sans compter. Loin d'appuyer une distincton fallacieuse entre action et contemplation, sainte Thérèse d'Avila célébrera Marthe et Marie au Livre des Demeures, affirmant que "Marthe et Marie doivent aller de pair pour donner l'hospitalité à Jésus".

30
Saint Pierre Chrysologue
Evêque

L'évêque de Ravenne était réputé pour l'éloquence fervente et accessible de sa prédication: d'où son surnom de "Bouche d'Or" (Chrysologue). Il peut donc être considéré comme le patron des prédicateurs: ses homélies sont courtes (moins d'un quart d'heure) et simples: "Il faut parler au peuple dans la langue du peuple", disait-il. Il mourut vers 450.

31
Saint Ignace de Loyola
Prêtre

Un militaire basque, cloué au lit à la suite d'une mauvaise blessure et d'abord grincheux de n'avoir que de pieux ouvrages à lire, finit par oublier ses rêves de gloires et d'amours mondaines... Tel est le début de la "course de géant" vers la sainteté d'Ignace de Loyola. A Manrèse, vivant dans la prière, il vit une expérience spirituelle déterminante, formulée ensuite dans les Exercices spirituels, traitant de l'art du discernement. Choisissant la pauvreté, l'austérité, le voilà étudiant à Paris pour mieux servir le Christ par la prédication. C'est sur la butte Montmartre, en 1534, que, réunissant autour de lui, quelques amis mûs par le même désir, il pose les fondements de ce qui allait devenir la Compagnie de Jésus.
Les jésuites ont beaucoup aidé le Carmel thérésien naissant et ont soutenu l'option de Thérèse pour la contemplation de l'humanité du Christ.

Pour en savoir plus sur les jésuites aujourd'hui, cliquez ici

Connaissez-vous l'église des jésuites de Paris ?